couverture du roman Gidéon de Hélène Trouvé

Surprise Motherfuckers !

J’ai fais le truc !

Il y a quelques jours, un de mes généreux mécènes sur Patreon, me demandait de bien le prévenir quand la version finale de Gidéon serait faite parce que sa chère et tendre est à fond dedans et a hâte de savoir la suite. 

Dans ma tête, au lieu d’avoir une réaction normale et de lui envoyer une réponse du type « Ok, pas de souci, je n’y manquerai pas » ça a plutôt fait un truc du style : 

1. Hey ! Mais je vais lui filer la version en PDF, c’est un ami, je peux bien faire ça ! 

2. Hey ! Mais attends, pendant que j’y suis je peux donner le PDF à tous les gens sur le Patreon, c’est la moindre des choses ! D’ailleurs, il faudrait que je le mette à disposition en plusieurs formats. Et puis, comment je peux faire pour leur envoyer tiens ? 

3. Hey ! Mais faudrait peut-être que je fasse les corrections avant non ? Ça fait des mois que ça traine, ça serait l’occasion de s’y remettre. 

4. Hey ! Mais quitte à faire des corrections autant le faire pour quelque chose d’encore plus ouf comme, je sais pas moi, publier le bouquin via Amazon Kindle Direct Publishing comme tu avais prévu de le faire au début avant de vouloir essayer de passer par une vraie maison d’édition mais que personne ne te répond à part les maisons véreuses qui font du compte d’auteur déguisé ? Bon allez, si ça te fait trop peur, tu testes juste la plateforme pour voir comment ça fonctionne et tu mettras le bouquin en vente quand tout sera parfait.

A partir de là, je me suis emportée. 

5. Hey ! Mais c’est super facile ! Vas-y corrige le manuscrit au moins ça sera fait. Et après tu vois comment ça marche pour l’envoyer et tout. 

6. Hey ! C’est vraiment intuitif ! Vas-y charge le manuscrit pour une version e-book. Et puis pendant que t’es là, fais une version papier. 

7. Va dormir, meuf, par contre, il est 1h du matin. 

8. Hey ! On s’y remet dès 8h30 le lendemain ! On passe la journée à corriger le manuscrit, à réécrire des passages, refaire la mise en page, adapter le format pour la version papier, modifier la version ebook du coup et on voit ce que ça donne ? 

9. Hey ! Trop stylé. Vas-y on s’en bat les ovaires et on le fait ? 

10. Oh putain, t’as cliqué ! Meuf ! T’as cliqué, j’y crois pas ! Ton bouquin va exister ! Dans Amazon ! Des gens vont potentiellement l’acheter ! T’es une ouf !  

                                                              ————————–

Ça, c’était entre jeudi et vendredi de cette semaine. En deux jours, j’ai torché des semaines de procrastination et j’ai fait ce que j’avais envie de faire depuis des mois, depuis des années même, mettre ce satané bouquin en vente sur Amazon. Qu’il prenne son envol. Qu’on n’en parle plus, merde ! (Enfin si qu’on en parle mais pas pareil !)

Depuis que j’avais fini de l’écrire en Septembre dernier, je n’y avais pas retouché. Je l’avais faire lire à ma copine Pauline, après l’avoir fait relire par Miloon jadis vers naguère. Toutes les deux m’avaient donné des tas de conseils et des retours très bienveillants, que j’avais noté dans un coin en me disant que j’y retravaillerai quand j’aurai fini la révision de mon second manuscrit parce que je ne me sentais pas encore de replonger dans Gidéon après trois ans à en avoir mangé matin, midi et soir, semaine et week-end !

Qu’est-ce qui m’a motivé depuis ? 

Déjà, cette demande de mon ami sur Patreon, après avoir lu les premiers chapitres ici et puis aussi, le fait que depuis quelques temps, j’avais du mal à dormir et je vivais une sorte de blocage au niveau de l’écriture.

Je moulinais beaucoup le soir au coucher sur un projet en cours mais une fois le moment venu de me pencher réellement sur le sujet, paf, plus rien. Des tas de conneries tournaient sans cesse dans ma tête et je n’arrêtais pas de me répéter que la petite voix de la Merde dans ma tête avait peut-être raison, que j’étais nulle, illégitime, pas créative, pas originale…

Bref, la spirale habituelle de saloperies qu’un cerveau comme le mien est capable de me pondre dans les moments de doute. 

Sauf que cette fois, au lieu de continuer à me laisser emporter dans le vortex de la dépréciation et de la dépression, de m’enfoncer dans la honte et la renonciation, j’ai opté pour la thérapie par le YOLO. 

J’ai eu peur de partager ce bouquin dès le moment où j’ai commencé à l’écrire ! J’avais à peine posé les premiers mots que je me disais qu’il ne fallait jamais que quelqu’un le lise avant qu’il ne soit absolument parfait. Mais rien n’est jamais parfait. Rien. 

Toutes les personnes qui l’ont lu m’en ont dit du bien. Elles ont ri, été émues, elles ont bien aimé l’intrigue et même que la fin ne leur a pas paru naze ! 

Et même moi, après l’avoir écrit et relu un million de fois, je l’aime ce bouquin. Je l’aime cette histoire, j’aime les personnages que j’ai inventé avec plus ou moins de subtilité, j’aime les dialogues à la con que j’ai écrit et j’aime la manière dont j’ai fait interagir tout ce petit monde. Il y a énormément de moi dans cette histoire, je l’ai construite avec des morceaux de ma vie, des morceaux de mon cœur et des tonnes et des tonnes de choses qui m’influencent.  Et je ne devrais pas en avoir honte. Au contraire. J’ai le droit d’en être fière et j’ai le droit d’avoir envie que d’autres la lise. 

Alors YOLO, bordel ! J’ai cliqué ! Et je pense que je regretterai moins d’avoir mis ce livre en vente, malgré son « imperfection », que de ne l’avoir jamais fait. 

Alors voilà. C’est réel. Gidéon est en vente sur Amazon en version Kindle et broché depuis le 15 février 2020. 

Ça fait peur et en même temps, ça soulage. 
Il était temps.

Je pense que je vais mettre en place un système pour permettre à celleux qui n’aiment pas Amazon de le télécharger directement depuis mon site en payant par PayPal. Je vais également commander des exemplaires d’auteur (ce sont des livres que je peux acheter au prix d’impression au lieu du prix de vente) que je pourrai vendre en direct, sans passer par Amazon – oui, je signerai des exemplaires comme les vrais ! YOLO, j’ai dit ! 

Je suis vraiment contente, voire heureuse d’avoir sauté ce pas que j’attendais de sauter depuis des lustres. Ce n’était pas si difficile en fait et j’ai même hâte de recommencer. 

C’est marrant, croire en soi, ça fait vachement de bien. J’aurai dû m’y mettre plus tôt !

                                                               ————————– 

– Pour acheter Gidéon sur Amazon en e-book (format Kindle) ou partager autour de toi la bonne nouvelle : suis ce lien

– Pour acheter Gidéon sur Amazon en version brochée ou partager autour de toi la bonne nouvelle : suis ce lien

Un commentaire pour “Surprise Motherfuckers !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut