pumpkin autumn challenge

#PumpkinAutumnChallenge : La citrouille de la connaissance

J’ai entendu parler, un peu par hasard, il y a quelques semaines, du #PumpkinAutumnChallenge et évidemment j’ai eu envie de m’y jeter, moi qui attendais, cette année plus que jamais, l’automne avec impatience !

Pumpkin Autumn Challenge, c’est quoi encore ce cirque ?

Pour comprendre de quoi je parle, je t’invite à aller voir le blog Le Terrier de Guimause mais en gros, il s’agit d’un challenge littéraire qui se déroule entre le 1er septembre et le 30 novembre au cours duquel on se motive à lire des livres en fonction de thèmes prédéterminés. Et ça marche aussi avec des films ou des séries ! (Plus d’infos aussi sur la chaîne YouTube de Guimause).

Comme c’est la première fois que je participe, je me suis dit que j’allais commencer doucement. J’ai décidé de valider deux sous-catégories de chaque menu, c’est l’option « Ça s’appelle avoir les crocs » ! J’ai aussi décidé de répartir mon challenge en deux volets : trois bouquins et trois films !

Les livres

Voici ma pile à lire, ou en tout cas, celle que j’avais prévu au départ :

  • Menu Automne Frissonant
    • Les Chimères de la Sylve Rouge : Anne Rice « Prince Lestat » Christopher Moore « Bite Me : A Love Story ».
      J’avais en effet prévu de lire le dernier morceau des Chroniques des Vampires d’Anne Rice, Prince Lestat mais, une fois commencés les premiers chapitres, je me suis retrouvée face à quelque chose de rare : je me faisais chier comme un rat mort. Donc, parce que la lecture doit rester un plaisir et que ce n’est pas parce que c’est un challenge que je dois m’infliger des souffrances inutiles, j’ai décidé de changer de braquet et de me tourner vers une autre histoire de vampires !
      J’ai fini le bouquin de Moore il y a quelques jours et, comme tous les Christopher Moore, il mélange subtilement fantastique et humour. Je n’ai pas lu les épisodes précédents, mais je n’ai pas été perdue dans l’intrigue puisque l’auteur parvient à nous rappeler les faits en début de récit assez rapidement. Les personnages sont attachants et j’ai été contente de revoir des personnages qui apparaissent dans d’autres romans de Moore mais qui appartiennent au même univers étendu (San Francisco, ville de vampires et de démons en tout genre <3) : L’Empereur de San Francisco et ses chiens Bummer et Lazarus, les flics Rivera et Cavuto et on a même le droit à une apparition de Lily et Charlie Asher qu’on a aimé très fort dans « Un Sale Boulot » et « Secondhand Souls ». Je pourrai parler pendant des heures de Christopher Moore et de son génie littéraire, de sa façon de mélanger les intrigues zinzins avec des dialogues décapants, du fait que c’est un peu (beaucoup) mon modèle en matière d’écriture, mais je conclurai simplement en disant : je l’aime, va lire ses livres.
  • Menu Automne Douceur de Vivre
    • Il fait un temps d’épouvantail : Llewellyn & Diana Rachel « Samhain : Rituals, Recipes & Lore for Halloween »
      Je viens tout juste de le commencer il y a deux jours et j’ai déjà surligné des paragraphes entiers pour préparer ma prochaine chronique dans le Balistiq Café « L’Instant Hex » qui portera, évidemment, sur Halloween et Samhain !
      Comme les précédentes, elle sera publiée en avant-première sur mon Patreon, c’est le moment de me rejoindre là-bas à partir d’1€/mois !)
      Cette collection de livres de chez Llewellyn, « Sabbat Essentials » est remplie d’informations passionnantes sur les sabbats sorciers/païens/wiccans, aussi bien sur l’histoire de ces fêtes, leurs origines mais aussi, sur les manières de les célébrer aujourd’hui. Et j’ai bien l’intention un jour d’avoir la collec’ complète dans ma bibliothèque ! Cette année, Halloween/Samhain tombe, en plus, un soir de pleine lune. Autant te dire que je compte piocher masse d’idées de célébrations dans ce bouquin !
  • Menu Automne des Enchanteresses
    • Les écailles de Mélusine : Naomi Alderman « Le Pouvoir »
      C’est le premier bouquin que j’ai lu pour le #PAC et wahou ! Il m’avait été recommandé il y a des mois et je me suis dis que le challenge était la bonne occasion d’enfin le lire. Et comment dire…c’est une petite bombe ! L’histoire part d’un postulat assez simple : les jeunes filles du monde entier se réveillent un jour en ayant le Pouvoir. Elles ont la capacité de produire et manipuler de l’électricité avec leurs mains. De là, on va suivre plusieurs personnages au fil du temps et de l’évolution d’un monde où les jeunes filles possèdent une force clairement supérieure aux hommes. A la fois critique du patriarcat qui nous dirige depuis des millénaires, de la culture de la violence, de la soif du pouvoir et de la politique, le livre explore aussi tout un tas de sujets comme l’amour, la parentalité, la vengeance, le fait de se sentir différente.e… C’est vraiment un livre superbe, une histoire complètement barrée mais hyper bien écrite. L’autrice parvient en plus à se placer du point de vue de plein de personnages différents et, techniquement, c’est une belle prouesse ! Là aussi je te recommande plus que vivement de le lire !

Les films

Et voici la petite sélection de films pour le #VideoClubduPAC !

  • Menu Automne Frissonant
    • Esprit es-tu là ? : « Scream » de Wes Craven
      Grand « classique » de mon adolescence, je n’ai pas vu Scream depuis au moins quinze ans, et l’occasion était trop belle pour ne pas le revoir. J’ai eu une grosse période films d’horreur quand j’étais ado qui coïncidait parfaitement avec l’essor des teens movies de la fin des années 90-début 2000. Et puis, je sais pas, en vieillissant, j’en ai eu marre, j’ai eu moins envie de voir des meurtres et de l’hémoglobine dans ma télé alors je suis passée à autre chose – des meurtres et de l’hémoglobine mais dans des livres ! Aujourd’hui, pourtant, j’ai de nouveau envie d’y retourner et commencer par Scream me parait un bon moyen d’explorer à nouveau doucement le côté obscur du cinéma (et des séries). Et puis, entre Neeve Campbell, Courtney Cox-Arquette, Rose Mac Gowan et Drew Barrymore, le casting est plein de meufs badass et de les revoir va certainement me faire un petit quelque chose à la nostalgie !
  • Menu Automne Douceur de Vivre
    • Siroter un chocolat chaud sous les saules : « Desper@dos » de LP.
      Qui dit « douceur de vivre », dit comédie romantique ! Oui, j’ai un petit cœur qui bat sous cette carapace de force et d’humour ravageur (LOL) et je dois bien avouer que j’aime bien me regarder une petite comédie romantique de temps en temps. Oui, oui. Voilà. En plus, dans celle-ci, les deux personnages principaux sont interprétés par Nasim Pedrad et Lamorne Morris qui étaient tous les deux dans New Girl, série que j’adore avec Zoey Deschanel. Quand j’ai vu le trailer sur Netflix, je me l’étais mis de côté directement ! Je me vois déjà sous ma couverture en pilou avec un chocolat chaud ou un pumpkin spice latte (que j’aurai fait moi-même parce que je me suis fais du sirop de potiron l’an dernier et qu’il m’en reste encore et que je sais pas s’il est encore bon mais ça sera l’occasion de le découvrir) en train de me regarder ce petit film rigolo et mignon, alors que dehors il fait gris et il pleut… #AutumnGoal comme on dit sur instagram !
  • Menu Automne des Enchanteresses
    • Les Rêves d’Aurore : « Les règles de notre liberté » de Rayka Zehtabchi.
      Oscar du meilleur court-métrage documentaire en 2019, ce film féministe de seulement 26 minutes a bousculé l’Inde et le monde entier, en parlant du tabou des règles. Évidemment, il faut que je le vois ! J’avais déjà été très intéressée par ce film au moment de sa sortie, directement sur Netflix, mais je n’avais pas encore eu l’occasion de le regarder. Alors, quand j’ai vu la sous-catégorie Militantisme, ce film m’est tout de suite venu à l’esprit ! Tu ne seras pas surpris.e d’apprendre que je suis plutôt féministe dans mon genre, et particulièrement attachée à dédiaboliser les règles et à éduquer les gens sur le sujet, quelque soit leur genre. D’ailleurs, tu peux commencer par lire « Le Grand Mystère des Règles » de Taous Merakchi/Jack Parler, ça te fera déjà de bonnes bases. Je pense aussi qu’il est important de lutter contre la précarité menstruelle en proposant l’accès à des protections périodiques gratuitement et si, au passage, on peut arrêter de nous refourguer des protections pleines de saloperies chimiques et polluantes, ça serait pas mal aussi. Bref, les menstrues, c’est un sujet qui me passionne et j’ai hâte de découvrir l’histoire de ces femmes en Inde qui luttent contre leur stigmatisation.

Darkos un jour, darkos toujours !

Je n’ai pas encore terminé mon challenge mais pour une découverte et une première participation, je trouve que c’est pas mal ! Je suis bien contente d’avoir renoué avec les vampires : ça me donne envie de lire plein de fantastique (j’ai des dizaines de livres en attente avec des vampires dedans, des chasseurs d’âmes, le Bourbon Kid qui revient, des tantes décédées qui n’ont pas l’air d’être au courant, des sorcières… je ne sais plus où donner de la tête !) mais aussi de regarder plein de films genre Blade, Entretien avec un Vampire, La Famille Adams ou encore de dévorer la série What We Do In The Shadows adaptée du meilleur mock-umentaire Vampires En Toute Intimité de Taika Waititi (qu’on aime très fort lui aussi, oh mon dieu, qu’est-ce qu’on l’aime). Je sens la gothique-darkos-fan-de-vampires qui sommeille en moi se réveiller et ça colle parfaitement avec l’ambiance de cet automne qui est enfin arrivé pour mon plus grand plaisir (je dis ça alors que je suis dans mon bureau où la semaine dernière il faisait encore 30°C et il fait un petit 15°C, je suis dans un gros pull, et je vis ma meilleure vie) et tout ça, en même temps que la sortie du nouvel album de Marilyn Manson !

Si j’avais su que les constantes de ma vie seraient les même à l’âge adulte qu’à l’adolescence !

C’est plutôt pas désagréable, tout de même, de me rendre compte que mon côté gotho-darkos n’est jamais vraiment mort. Le fait que j’aime toujours la sorcellerie, les films de genre, les romans fantastiques et d’horreur, les vampires et l’esthétique sombre, gothique, horrifique à 36 ans, je sais pas, ça me fait du bien, ça me rend heureuse. Je me dis que, finalement, je n’ai pas trop changé, je ne me suis pas trop éloignée de celle que j’étais, même si j’ai grandi, évolué, et forcément, je ne suis plus exactement la même qui’il y a 20 ans. Pourtant, retrouver cette part d’ombre, renouer avec la capacité à me faire peur, je sais pas, j’y vois un bon signe, une réussite, surtout quand je regarde en arrière et que je me souviens à quel point je peinais à sortir du fond de mon trou il y a à peine un an, à quel point j’étais dévorée par la peur et les angoisses.

J’ai l’impression de renaître après avoir passé des années à essayer de devenir une autre personne. J’ai l’impression de comprendre, enfin, que celle que je voulais à tout prix devenir, pour faire bien, pour correspondre à une certaine image de la responsabilité, de la maternité et de ce que c’était que d’être adulte, elle n’avait pas besoin d’abandonner ses goûts et ses centres d’intérêts pour avoir l’air plus crédible. Au contraire. Et que d’ailleurs, être adulte, c’était peut-être n’en avoir pas grand chose à foutre de la crédibilité. Qu’être adulte, c’était peut-être de ne plus avoir besoin de se sentir validée par les autres pour être heureuse. C’était peut-être juste assumer ce qu’on est, son côté darkos comme son côté midinette.

Si j’avais su qu’en me lançant dans un challenge littéraire j’allais apprendre à encore mieux me connaître…!


Crédit photo : Lisa Fotios provenant de Pexels

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut