Faire un enfant : glop ou pas glop ?

Back in 2011. Alors que je commençais à m’interroger sur les bonnes raisons de faire un enfant, je me dis qu’il serait judicieux de peser le pour le contre. Ce qui suit en est le résultat.

Publicités
pouce en l'air et pouce vers le bas

Disclaimer

Je viens de retrouver ce fabuleux post dans les archives de mon ancien blog, hébergé sur Overblog à l’époque. Je l’avais écrit bien avant l’arrivée de MiniPouss. Et en me relisant, je me suis rendu compte de sa dimension prophétique.

You can call me « Allison Fucking Dubois », bitch !

POUR :

Pendant la grossesse :

– Tu as le droit (et le devoir) de casser les couilles à la planète entière parce que « C’est les hormones« , chose que je vais faire à la seconde où je serai enceinte.
– Tu peux doubler les vieilles à Carrouf en leur donnant des gros coups de bide et ça soulage. 
– Fonctionne aussi pour piquer la place des vieux dans le bus/métro/train…
– La légende dit que tu as le droit de te goinfrer et de prendre 600 kg en toute impunité. A moi les Kinder Bueno à la pelle et le bacon en intra-veineuse !
Tu as (enfin) des seins dignes de ce nom, voire mieux et tu en profites pour te faire un stock d’avatars Facebook en mode « Check my boobies ! » pour les 10 prochaines années. 
– Tu ne vas plus travailler au bout de quelques mois et tu restes (un peu) payée à rien foutre à la maison (laissez-moi rêver, vous les femmes qui ont déjà vécu ça, laissez-moi croire que le grand patronat aime les femmes enceintes et les récompense).
– Tu as le droit d’être niaise et de t’attendrir sur la moindre pub de couches-culottes ou la moindre grenouillère.
– Tu ne toucheras pas, pendant plusieurs mois, à quelconque objet de plus de 10 grammes, parce que « faut pas que tu te fatigues, hein« .
– Tu as des gros seins, bordel ! (Oui, pour moi, c’est une raison hyper importante)
– Tu peux légitimement t’inscrire sur Doctissimo pour partager ton expérience avec d’autres mamans. Oh oui, oh oui, oh oui !!!

Je suis totalement épanouie ! Youpi !

Après la naissance de Mini-Toi :

– On t’offre plein de cadeaux pour le marmot, comme ça t’as pas besoin de te ruiner, vu que tu as 650 bodys, 400 pyjamas et 1300 peluches.
– Tu ressens la fierté d’avoir créé quelque chose avec une partie de toi. Mieux qu’un énorme caca que tu regardes partir dans le fond de la cuvette, celui-là, de caca, tu le gardes à vie.
– Tu assures la sauvegarde de ton nom de famille imprononçable.
– Tu as enfin une poupée grandeur nature à habiller, coiffer et maquiller comme tu veux.
– Tu démarres un élevage de nains qui te serviront au quotidien pour les tâches ménagères et accessoirement, à t’apporter ta bière quand tu regardes la Roue de la Fortune.
– Tu peux enfin montrer à tes parents que tu sais t’occuper d’une chose vivante, contrairement à ce qu’il pensaient depuis la mort (tragique) de Kirikou, ton hamster.
– Tu n’as plus à culpabiliser à chaque fois que tu regardes les Totally Spies, Hannah Montana ou tout autre programme jeunesse du samedi matin.
Tu rejoues à la pâte à modeler.
– Tu te la racontes dès que tu peux en disant à qui veut l’entendre que ton môme est un génie parce qu’il dit « Rataflüp » à à peine 8 mois !*
– Tu as enfin une bonne excuse pour te barrer du taf avant tout le monde.
– Tu as enfin une bonne excuse pour ne pas aller chez des potes chiants.
– Tu as enfin une bonne excuse pour ne pas aller dans ta famille / belle-famille relou.
– Tu as enfin une victime pour te venger de toutes les blagues foireuses que t’ont fait tes parents quand tu étais gamin.
– Tu as enfin quelqu’un à qui inculquer les éléments vitaux de ta culture (séries télé, musique, jeux vidéos…).
– C’est mignon ces petites conneries, quand même.
– Tu peux acheter des  figurines, peluches et autres conneries sans te cacher.

Oui, mon amour, c’est ça, bave dans la bouche de Maman !

CONTRE :

Pendant la grossesse :

(d’après des recherches très scientifiques ICI et ICI, entre autres, et des témoignages d’amies pondeuses) :

– Tu es grosse, moche, pleine de boutons, tu perds tes cheveux, tes dents, tu vomis, tu détestes le monde entier et en plus, tu es grosse.
– Tu ne rentres dans aucune de tes fringues et ça te déprime.
– Tu ne peux pas manger de sushi, de saucisson, de jambon et si tu es sujette au diabète gestationnel, tu ne peux plus rien manger de sucré.
– Tu es grosse.
– Tu as l’équivalent d’Obélix dans le bide et tu dois le faire sortir par un trou de souris.
– Tout le monde veut te toucher le ventre ou se met carrément à lui parler, sans te demander ton avis !
– Ton gynéco et tout le personnel médical de la maternité ainsi que toutes les sages-femmes de la ville connaissent ta chatte mieux que toi-même.
Plus d’alcool.
Plus de clope.
– Tu n’as jamais eu de mioche et tu te demandes très sérieusement si tu vas réussir à le garder en vie, au moins plus longtemps que Kirikou ton hamster.
– Tu as mal partout, au ventre, au dos, au cul, à la tête, alouette.
– Plus d’alcool.
– Plus de clope.
– Tu es grosse, bordel, et t’es même pas sûre que ça s’en aille un jour…

Kim Kardashian enceinte
Rétention d’eau, oedème, gras… The harsh truth.

Après la naissance de Mini-Toi :

– Cette chose que tu as pondu ne sera pas autonome avant ses 25 ans. D’ici là, tu devras la nourrir, la torcher, laver ses fringues et lui donner un toit.
– Finies les grasses mat’, Mini-Toi est un lève tôt et de toute façon, t’es tellement en stress qu’il lui arrive quelque chose, en permanence, que tu ne dors plus.
– Tu ne peux plus jurer comme un charretier à la moindre occasion, Mini-Toi à l’option « Repeat after me«  et apprend rapidement à l’utiliser pile quand il faut : chez les parents, dans des lieux publics, à l’école…
– Tu dois payer une nounou 1M€ la semaine pour qu’elle daigne bien vouloir s’occuper de la chair de ta chair quelques heures par jour.
La crêche ? Non, c’est complet jusqu’en 3015. Oublie.
– Les premiers mois de sa vie, Mini-Toi sait très bien chialer, hurler, faire caca et bouffer. Pour le reste, compte pas encore dessus.
– Mini-Toi coûte une fortune. Tout le temps. A vie.
– Tu comptais avoir de nouveau une vie sexuelle avec ta moitié ? LOL
Mini-Toi va faire toutes les conneries du monde. Tout le temps. A vie.
– Tu vas passer ton temps à laver des trucs : le sol, sa tronche, son fion, ses fringues, ses biberons, ta maison (pour les germes)…
– Tes amis sans enfants auront une vie beaucoup plus drôle que la tienne et tu finiras par les détester.
– Que tu le veuilles ou non, tu vas devenir chiante, comme ta propre mère.
– Dès l’adolescence, Mini-Toi va te mépriser. Et tu auras envie de le tuer.
– Après ton accouchement, tu devras faire de la gym de chatte.
– Il va te falloir 10 ans de privation pour retrouver une taille potable.
– Adieu les gros nichons…

Image extraite du film Tanguy
Maman, il est où mon kimono ?

Pour 26 – Contre 26.

Voilà, je m’étais arrêtée là, à l’époque, me laissant le loisir le méditer sur ces 26 pour et 26 contre.

Aujourd’hui, en l’an 2 après MiniPouss, je réalise que putain, j’avais plutôt bien vu les choses !

J’ai effectivement pris 600 kg pendant ma grossesse (et je commence à peine à retrouver mon poids d’avant), j’avais effectivement des seins énormes (mais mes pieds l’étaient aussi) mais je ne sais pas où ils sont passés depuis, j’ai doublé un max de vieilles à la caisse (et bordel, qu’est-ce que c’est jouissif !), j’ai chouiné devant des pubs Mont-Roucous, j’ai été véner, j’ai été euphorique, j’ai failli mourir étouffée dans un fou-rire qui s’est transformé dans la seconde en crise de larmes (TRUE FUCKING STORY, BRO), j’ai pas fait une grasse mat’ depuis la naissance du petit (sauf quand on le refourgue aux Grands-Parents), MiniPouss possède effectivement le mode Repeat After Me et sait très bien dire « Putaaaaain », comme Maman quand elle s’énerve en voiture (Parenting Fail)…

Bref, c’est pas tous les jours facile.

Mais ça vaut le coup. Ça vaut le coup, parce que maintenant, il y a un être sur Terre qui (si je ne foire pas son Oedipe) m’aimera inconditionnellement jusqu’à la fin des temps, un être que moi-même (s’il ne me fait pas trop tourner en bourrique) j’aimerai inconditionnellement jusqu’à la fin des temps.

Faire un gosse, c’est en prendre pour perpet’. Des emmerdes mais aussi et surtout de l’amour.

Cheesy you say ? J’m’en fous. J’ai raison. Et toutes les mères de la Terre ou presque, te le diront !

Bisounours orange
Fuck you, I am full of love !

*Lire le merveilleux Blog de Monsieur Le Chien, pour saisir la référence.

Auteur : Leeloo Rocks

Woman, France, writer, blogger, geeky mother, former roller derby player, community manager and communication worker, rock music lover, artists interviewer... and many more things that rhyme with -er !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s